TEC Rugby / Mas d' Azil : un match au sommet !

Dimanche, l'équipe ariégeoise du Mas d'Azil a arraché son ticket pour les demi-finales de 1ère série, aux dépens des Toulousains du TEC Rugby, en ayant recours à l'épreuve des tirs au but, rarissime en rugby.  Les deux formations s'étaient d'ores et déjà rencontré à deux reprises et la belle était placée sous haute-tension. Les deux équipes affichant 9 à 9 à l'issue de la prolongation. Retour sur un match fou et au dénouement presque inespéré pour les Ariégeois.

Se présenter face à des Ariégeois en challenger gourmand comporte des risques. Celui de voir ses aspirations brisées, réduites en poussière par un adversaire autrement plus solide que supposé. Solide, le Mas d'Azil l'était dimanche. Et bien plus encore que les supporters du TEC, ayant fait le déplacement à Lézat, ne l'avait envisagé. Or non seulement, le TEC a été la hauteur, mais il aurait même pu - dû !!! - gagner. Pire, avec de nombreuses maladresses, les Técistes ont souvent gâchés les maigres exploitations tirées d'un combat largement dominé par une mêlée toulousaine supérieure et un alignement performant en courte comme en longue. En début de rencontre, les "jaune et noir" bénéficiaient de deux pénalités, et après un premier échec, Ayude ouvrait le score (3-0, 8è). La réplique ne se faisait pas attendre, et l'Ariégeois Commenge égalisait (3-3, 11e). Malgré la bonne volonté, les deux formations, à tour de rôle, n'ont pu trouver de solutions en attaque. De nombreuses fautes sifflées de part et d'autre par M. Astié, ont permis de mettre les buteurs en avant. 

Dès la reprise, le TEC Rugby ratait sa cible sur un drop. Suite à un plaquage jugé dangereux, Commenge plaçait les siens en tête. Pour une courte durée, puisque Barthès claquait le drop à la 62è (6-6). Match au sommet disions-nous ? Ce fut bel et bien un quart de finale suffocant qui s'annonçait, marqué par le duel des buteurs jusqu'à la fin de la rencontre. Puis ce fut au tour de l'arrière du TEC, Moreno, de marquer sur pénalité, alors que Commenge égalisait dans la minute suite à un hors-jeu.

9-9, un score qui ne changea pas jusqu'au coup de sifflet final. 9-9, un score comparable à une course-poursuite livrée par les buteurs. Quelques maladresses, deux ou trois défaillances individuelles aux moment cruciaux de la rencontre ont eu de grosses incidences sur le sort du match, à l'image de la pénalité ratée par l'arrière toulousain à la fin du temps réglementaire (80+5).

Puis sonna la fin des prolongations. Encore et toujours ce 9-9 au compteur. Comme si le planchot était bloqué, comme si le temps s'était arrêté. Durant la séance de tirs au but, tentés depuis la ligne des 22m face aux poteaux, la tension était proche de l'insoutenable. La série initiale de cinq tentatives se terminant à 4/5 pour les deux équipes, elles passaient alors à la "mort subite". Le buteur toulousain tenta de libérer les joueurs et supporters de cette tension insoutenable, mais ce fut le poteau du Stade Domaine du Biac de Lézat qui offrait la victoire au Mas d'Azil, et le billet tant espéré pour les demi-finales de première série. 

Mais il est dit que ces Toulousains du TEC sont faits du bois dont on fait les grandes équipes. Certes, ce match au sommet avait choisi son vainqueur, mais les Técistes sont repartis de Lézat avec des certitudes. Face aux meilleurs, ils savent rivaliser, faire preuve de solidarité et de combativité jusqu'aux derniers instants.